Explorer. Raconter. Inspirer

Tokyo Express

Tokyo.jpg
 
 

Tout a commencé par l'idée folle d'aller passer dix jours au Japon pendant le hanami, événement printanier traditionnel où l'on célèbre les cerisiers en fleurs...

Jour 1 - Voyage en terre inconnue

Sans imaginer que le hanami est une fête tentaculaire qui attire une foule considérable notamment dans les grandes villes (un genre de Noël puissance 10 au Japon), me voilà prise d'une envie irrésistible et hop j'achète deux billets pour moi et mon chéri Lucas direction Tokyo. Une nuit, 10.000 km et quelques films hollywoodiens nuls plus tard, nous voilà arrivés à l'aéroport de Tokyo-Haneda. Le temps de louer un routeur wifi pour pouvoir trouver notre chemin, notamment à Tokyo, on saute dans un taxi. On prend le seul chauffeur au monde qui utilise une ÉNORME loupe pour décrypter l'adresse de notre hôtel et consulter son GPS. Le compteur s'emballe.

dessins-1-japon.png

Notre hôtel ressemble plus à une auberge de jeunesse sans âme mais à cette période de l'année c'est déjà bien d'avoir trouvé un endroit où dormir, dans un quartier assez central, pas loin de Shibuya. Nous voilà en quête d'un petit restaurant où dîner, histoire de s'acclimater. J'ai l'impression de rêver éveillée en voyant toutes ces petites enseignes lumineuses et mystérieuses dans la nuit tokyoïte. Tous les petits bouis-bouis et cantines ont l'air accueillants. On en choisit un au hasard, qui nous semble authentique. Face au menu indéchiffrable, on regarde les assiettes de nos voisins et on se lance. Au fond de la salle, un petit vieux imbibé de saké commence à piquer du nez. A force de discuter avec le serveur avec les mains, on finit par comprendre qu'on a atterri dans le seul resto coréen de toute la rue et que le plat qu'il vient de déposer devant nous est un Bibimbap. Enfin, c'est délicieux, et c'est le principal.

De retour à l'hôtel sans jamais croiser personne - tout se fait par clef magnétique -, j'entends Lucas rire derrière la porte coulissante des toilettes, occupé à expérimenter les toilettes japonaises, à base de feux d'artifice de jets d'eau et de cuvette chauffante.

2ème jour - Déluge de cerisiers et plongeon à Shibuya

naka-meguro-japan.jpg

Le matin, nous partons en direction de Naka-Meguro. C'est un joli quartier où se pressent les Japonais pour admirer les cerisiers en fleurs le long de la rivière. C'est le moment ou jamais d'assumer votre fibre romantique planquée. Il y a de petits stands ici et là qui vendent du vin pétillant à la cerise. Après avoir bien marché, on s'installe chez Water, un tout petit café adorable, avec canapés moelleux et vue sur la rivière. Je goûte les intrigants sandwichs aux fruits et Lucas les pancakes. Juste à côté de nous, un labrador réclame à sa maîtresse très élégante un morceau de bacon. On observe le ballet des passants en promenade.

On déjeune de délicieuses ramen végétariennes dans un étonnant restaurant tenu par deux adorables petits vieux. Un habitué nous dit que c'est une des adresses préférées de Thom Yorke, le chanteur de Radiohead. Sosaibou, 4-1-9 Meguro Honcho.

Naka-Meguro-2.png

L'après-midi, on file à Shibuya, quartier de Tokyo célèbre pour son agitation, son carrefour surpeuplé, ses boutiques extravagantes. Un concentré de fantasme tokyoïte. On fait un tour chez Tower Records, une tour dédiée à la musique avec un étage par style musical.

parc-yoyogi-japon.jpg

Puis on met le cap sur Harajuku. Après une pause bienvenue au parc Yoyogi (photo), avec son magnifique torii en cèdre, ses fûts de sake et son sanctuaire, on s'enfonce dans la rue piétonne et commerçante Takeshita-dori. Un bain de foule au milieu de centaines d'adolescents avec des styles plus improbables les uns que les autres...

Shinjuku-Tokyo.jpg

Le soir, on rejoint des amis japonais dans le quartier de Shinjuku. Les restaurants sont cachés dans les étages des tours. On se déchausse et on nous installe dans une petite cabine avec une sonnette pour appeler le serveur. L'alcool de prune coule à flot. Après le repas, on file boire un verre à Golden Gai, peuplé d'échoppes et de bars minuscules auxquels ont accède par de petites marches et en se pliant en deux.

3ème jour - Street food et musée impérial

Ueno-Tokyo.jpg

Après un réveil douloureux, décalage horaire oblige, on prend le métro pour aller à l'autre bout de la ville. Le parc de Ueno abrite plusieurs musées, des temples et un zoo. La foule déambule sous les milliers de cerisiers en fleurs. Ici et là, les gens s'installent sous les arbres pour pique-niquer. Des processions de dragons masqués s'avancent en dansant. Partout, des stands de street food dégagent une épaisse fumée et proposent des bouchées bizarres, du maïs grillé, des brochettes de fruits. Sur le lac, on regarde le ballet d'immenses pédalos en forme de cygnes. Puis on visite le magnifique musée impérial. Il y a un petit vestiaire à parapluies automatique à l'entrée.

Ueno.png

On s'arrête déjeuner chez Hentai, une institution du quartier nichée dans une maison de bois traditionnelle. Tout est joli à l'intérieur, la vaisselle est raffinée, c'est un restaurant chic de brochettes. Ils en proposent une trentaine différentes (gingembre, bambou, asperge, viande, poisson...), servis avec des crudités et une une pâte miso maison.

Tokyo.jpg

On se promène dans les rues tout autour, dans ce quartier calme et authentique. Dans le métro, on croise un mec super bizarre qui s'arrache les cheveux un par un. De retour à l'hôtel, je prends un mini-bain dans la mini-baignoire et transforme la salle de bain en onsen...

4ème jour - Du mont Takao aux bars à cocktails

Takao.jpg

Après une nuit presque blanche (toujours ce satané décalage), on décide de prendre un train pour le mont Takao, à une heure de Tokyo. Après deux jours dans l’électrique capitale, on a envie de se mettre un peu au vert. On commence l'ascension. On croise des arbres immenses, des libellules et une belle végétation dense et verte. On redescend par un autre chemin, croisant petits temples, buddhas sacrés et autels dispersés. On fait un stop pour avaler un bol de udon, avec vue sur la montagne embrumée.

De retour en ville en fin de journée, on file à Roppongi, quartier de nuit, pour débuter par un resto de teriyaki fameux. Deux places au bar nous attendent. Il n'y a que des Japonais. C'est un peu long car les brochettes sont faites minute...Puis on court rejoindre le bar de Gen Yamamoto pour une leçon de bartending à la japonaise. Nous sommes 8 autour de la table taillée dans un morceau de bois impressionnant et nous dégustons des cocktails uniques et composés d'ingrédients étonnants comme ce mélange de saké très spécial, de citronnelle et de jus de tomates très sucrées.

 © Bar Trench

© Bar Trench

Puis on file chez Trench, un bar à absinthe, petit et élégant. Le barman, amoureux de "la fée verte" nous montre un livre en français consacré aux cuillères à absinthe. Pas de doute, on est chez un passionné, tendance obsessionnel. La musique est cool, et les cocktails frappent fort. Il est temps pour nous de tirer notre révérence...

Takao.png

Liens & Carnet d'adresses

Avant de partir, consultez le site Kanpai, une vraie mine d'or pour tout futur explorateur du Japon. Pour voyager en train au Japon, mieux vaut acheter avant votre départ le fameux JR Pass, le Japan Rail Pass.

Bar à cocktails : Gen Yamamoto (sur réservation) / Bar Trench

 

Illustrations & photos © Céline Bousquet